Archive pour le mot-clef ‘Terrassa’

Direction Terrassa!

dimanche 6 juillet 2014

Carnet de voyage n°4…

Natures de l’Art nouveau continue son périple européen… L’exposition est présentée encore pour quelques jours à Terrassa, une petite ville catalane située à une vingtaine de kilomètres de Barcelone, qui connut une forte expansion industrielle grâce au textile. Terrassa possède donc un patrimoine industriel particulièrement riche et intéressant, en particulier l’usine Vapor Aymerich ou la Masia Freixa, qui valent bien un détour, si la Catalogne est votre destination cet été!

Pour nous parler de la ville, nous avons rencontré Domenec Ferran, directeur du Museu de Terrassa.

Masia Freixa, Terrassa

Masia Freixa, Terrassa

Off: Quels lieux représentent le mieux l’Art nouveau à Terrassa?Domenec: L’usine Vapor Aymerich, bien sûr, la Casa Alegre de Sagrera, le Magatzem Fornès, l’Ecole Industrielle et pour finir la Masia Freixa.

Les toitures très étudiées de l'usine Vapor Aymerich, de nuit...

Les toitures très étudiées de l’usine Vapor Aymerich, de nuit…

O:Quels sont les autres lieux que vous nous conseillez de visiter?
D: La cathédrale Seu d’Egara, l’église San Pere de Terrassa, le château (castell),  le Cartoixa de Vallparadis, le théâtre principal et naturellement, le museu de Terrassa!

de jour...

de jour…

O: Quelle est l’ambiance de votre ville? pouvez-vous nous dire ce qui la rend agréable à vivre?
D: C’est une ville accessible, jolie et moins chère que Barcelone. Elle a l’avantage d’être justement près de Barcelone, avec des liaisons rapides. Terrassa propose beaucoup d’activités culturelles de grande qualité (théâtre, concerts de Jazz, …) et possède un riche patrimoine architectural et muséal.

La Casa Alegre de Sagrera

La Casa Alegre de Sagrera

O: Où nous conseillez-vous de dormir, manger, faire du shopping?
D: Le mieux est de trouver un hôtel dans le centre, où l’ambiance est très agréable, les monuments proches. A Terrassa, rien n’est à plus de 15 -20 minutes! Terrassa, comme les toutes villes catalanes, se vit dans la rue à partir du printemps!

L'Escola Industrial

L’Escola Industrial

et le Centre de Documentation du musée du Textile

et le Centre de Documentation du musée du Textile

 

O: Quel souvenir doit-on absolument ramener de Terrassa?
D: De l’artisanat local, souvent inspiré par les monuments modernistes de la ville, bien sûr!

La Cathédrale Seu d'Egara

La Cathédrale Seu d’Egara

et l'église San Pere

et l’église San Pere

L’exposition Natures de l’Art nouveau est ouverte jusqu’au 13 juillet prochain à la Salla Muncunill… Pas une seconde à perdre!

Naturaleses de l'Art nouveau

Naturaleses de l’Art nouveau

 

 

Carnet de voyage n°3 …. Alesund

mardi 15 avril 2014

Alesund (prononcer Olessound), située en Norvège, au nord de Bergen, est une  ville portuaire qui doit sa renommée à l’incendie dramatique du 23 janvier 1904, qui la détruisit complètement. En trois ans, la ville fut entièrement reconstruite dans un style combinant Art nouveau et Romantisme National, où dominent les tourelles, gables, et autres pics et décors fantastiques. Cette homogénéité exceptionnelle vient s’inscrire dans un paysage à couper le souffle, entre mer et montagne. La ville d’Alesund a même été désignée comme la “plus belle ville de Norvège”!

Vue panoramique sur l'archipel d'Alesund depuis Aksla

Vue panoramique sur l’archipel d’Alesund depuis Aksla

Notre voyage à travers l’Europe en compagnie de l’exposition Natures de l’Art nouveau se poursuit donc ici, grâce aux bons conseils  d’Ingvil:

Off: Ingvil, vous travaillez à Alesund depuis 10 ans. Pour les touristes que nous sommes, par quoi faut-il commencer la visite d’Alesund?

Ingvil: Je pense que le bâtiment dans lequel je travaille, le Jungendstilenteret, est l’un des plus intéressants. C’était une ancienne pharmacie. Les anciennes usines de poissons, sur les quais sont également des endroits que j’aime, car elles présentent de magnifiques détails art nouveau.

Façade de l'ancienne pharmacie du cygne, aujourd'hui Jugendstilsenteret, un lieu de recherche et d'exposition sur l'Art nouveau

Façade de l’ancienne pharmacie du cygne, aujourd’hui Jugendstilsenteret, un lieu de recherche et d’exposition sur l’Art nouveau

Détail architectural sur un bâtiment d'Alesund

Détail architectural sur un bâtiment d’Alesund

Off: Quels autres lieux valent le détour?
Ingvil: Le phare d’ Alnes offre une vue impressionnante sur la mer. Chaque fois que je me promène dans les montagnes d’Aksla et que je découvre la vue sur la ville avec la mer à perte de vue, je me sens vraiment heureuse!

Le phare d'Alnes, qui permet d'avoir une vue sur tout l'archipel d'Alesund

Le phare d’Alnes, qui permet d’avoir une vue sur tout l’archipel d’Alesund

Off: Comment définissez-vous l’ambiance d’Alesund?
Ingvil: C’est une ville toute petite et très intime, et je dirais aussi plutôt surprenante. L’air est pur et la mer et les montagnes sont présentes partout où vous allez!

Off: Où faut-il s’instaler alors pour profiter d’Alesund?
Ingvil: Le meilleur hôtel est le Brosundet Hotell, une ancienne usine de poisson reconvertie. J’aime prendre un café au Jacu et manger du poisson au XL.

L'hôtel Brosundet sur les quais d'Alesund

L’hôtel Brosundet sur les quais d’Alesund

Off: Quels souvenirs peut-on rapporter d’Alesund?
Ingvil: Une photo de vous à Aksla, et une autre  sur le pont Hellebroa, avec en arrière plan les quais et tous les immeubles Art nouveau de Brosundet!

Les quais de Brosundet au soleil couchant

Les quais de Brosundet au soleil couchant

 

Une rue d'Alesund

Une rue d’Alesund

Le Jugendstillsenteret présente l’exposition Natures de l’Art nouveau jusqu’au 11 mai prochain… Si les Fjords vous glacent, rendez-vous pour la prochaine étape de l’exposition sous le soleil de Terrassa, en Catalogne, pour un prochain carnet de voyage!

Cet été, vous allez où?

mardi 13 juillet 2010

On vous pose cette question et vous ne savez pas quoi répondre? voici quelques idées de destinations Art nouveau selon que vous êtes amateurs de chaleur ou de fraîcheur, de Nord ou de Sud, d’exotisme ou d’aventure…

Option 1: Soleil et chaleur, version Movida

A vous la Catalogne: direction Barcelone, la Sagrada Familia, les maisons de Gaudi, la parc Güell… mais vous prolongerez le séjour par des excusions à Terrassa et à Reus, deux petites villes qui ont profité au début du siècle dernier du succès de l’industrie textile pour se lancer dans le “Modernisme”. Architectures visionnaires, villas luxueuses, usines modernes… Les architectes  profitèrent de ces circonstances favorables pour laisser libre-cour à leur inspiration…

Option 2: Soleil et chaleur, version Dolce Vita

A vous l’Italie! Direction le Lac de Côme, en Lombardie, où les rives du lac déroulent leur succession de Palaces désuets et de Palais d’été… comment résister au stile Liberty qui envahit cette architecture du loisir et du plaisir? Mais le vent de modernité ne s’arrête pas là et Varèse, capitale industrielle de la Province voit elle-aussi son architecture influencée par les idées modernes: gares, hôtels, villas, usines et casinos illustrent la réussite et l’imagination fertile des bâtisseurs du Liberty.

Enfin pour les plus téméraires, la traversée vers Palerme s’impose… Comme bien d’autres villes d’Europe, Palerme entreprend une transformation radicale à la fin du 19ème siècle pour moderniser ses infrastructures. Des architectes et des artistes travaillent à cette rénovation: Ernesto Basile ou Ettore di Maria Bergler sont les plus célèbres d’entre eux. La construction de la Galleria d’Arte Moderna ouvre triomphalement la porte aux arts du 20 ème siècle.

Option 3: sur les traces de l’Empire Austro-Hongrois…

Nostalgiques de Sissi Impératrice, des valses de Strauss et des dorures de Schönbrunn, ce voyage n’est pas pour vous car il vous entraînera vers la modernité: Otto Wagner et les artistes de la Secession Viennoise n’entraient guère dans les canons de l’art officiel. De nombreux sites témoignent de l’effervescence artistique viennoise que résument bien par leur audace les peintures de Klimt ou les fauteuils de Hoffmann… Il n’y a qu’un pas à franchir pour prolonger ce voyage vers Budapest, capitale hongroise, elle aussi fortement marquée par l’éclosion de l’Art nouveau. Il s’y joua une partition bien particulière, avec l’opposition de styles au sein d’un même mouvement de rénovation de l’architecture et des arts décoratifs: Odön Lechner s’inspira de l’Orient et des formes traditionnelles hongroises pour créer un style  spécifiquement hongrois, tandis que le groupe des architectes Károly Kós et Dezsö Zrumeczky préférait rejeter ces influences orientales pour ne retenir que l’aspect local et vernaculaire. Budapest connut vers 1900 son  Âge d’or et devint une véritable métropole.

Option 4: Le vent du Nord, nuits blanches en Scandinavie…

Voilà la meilleure saison pour s’aventurer près du cercle polaire (ou presque…!) avec ces journées qui s’étirent et des températures agréables! Älesund en Norvège, Helsinki en Finlande, Riga en Lettonie représentent une concentration exceptionnelle d’édifices datant de cette période. Älesund est reconstruite entièrement et dans une parfaite unité après un incendie qui la ravage en 1904. Helsinki profite de l’indépendance et d’un essor économique fort pour affirmer son rôle de métropole: un art nouveau et fortement inspiré par la pure tradition finlandaise voit le jour. Riga est une ville étonnante: plus du tiers de ses constructions est de style Art nouveau. Les couleurs vives et les décors qui s’y déploient en font l’une des villes les plus pittoresques et surprenantes de l’Europe du nord.

Option 5: A cup of tea in Glasgow…

L’art du thé à Glasgow existe toujours et l’art du thé “à la Makintosh” y est tout particulièrement cultivé: on fait toujours la queue aujourd’hui pour entrer au Willlow tea room de Sauciehall street ! Glasgow, ville industrielle et maritime connaît alors une croissance extraordinaire. Les architectes et artistes trouvent de nombreux et riches commanditaires,  tentés par un style qui affiche sa modernité. Makintosh définit un style tout de rigueur et de sobriété, privilégiant les lignes géométriques, l’opposition du blanc et du noir et la verticalité, qu’il applique tant à l’architecture qu’aux arts décoratifs. Il exerce une influence essentielle sur la Secession viennoise ou le Jugenstil allemand et souligne la diversité des modes d’expressions rassemblées sous le terme d’Art nouveau.

Option 6: La Havane, si!

Peut-être a-t-on tendance à penser que l’Art nouveau est typiquement européen… on a tort! On trouve encore de précieux vestiges de décors Art nouveau, en particulier dans le centre de la capitale cubaine. Des architectes d’origine catalane y importèrent des motifs décoratifs caractéristiques qu’ils appliquèrent essentiellement à un décor plaqué et déclinable à l’envi. Les éléments décoratifs, préfabriqués en usine et simples d’utilisation, autorisèrent une large diffusion du vocabulaire moderniste et son adaptation dans les domaines de la ferronnerie, céramique ornementale et du mobilier. Un peu de la vieille Europe sous les Tropiques!

Option 7: Paris – Nancy – Bruxelles, le triangle d’or?

Pour ceux que la traversée de l’Atlantique ne tente pas, il reste ici sous nos yeux ou à deux pas, des trésors de l’Art nouveau! Pour se remettre de la frustration de ne pas visiter le Castel Béranger de Guimard à Paris, pourquoi ne pas prendre le train vers Bruxelles, pour rendre visite à Victor Horta? De là, bien sûr, on reviendra comparer le confort de la villa de Louis Majorelle à Nancy, qui, même si elle n’est plus (ou pas encore) tout à fait dans son état d’origine, nous montre combien il faisait bon vivre dans une maison d’artiste!

C’est décidé? vous partez? Bon voyage dans l’Art nouveau!

Pour plus d’infos et de photos, regardez le site du Réseau Art nouveau network ici

Terrassa, la cité industrielle du “Modernisme”

mercredi 16 juin 2010

La ville de Terrassa est située en Espagne à quelques kilomètres de Barcelone. Toute cette région, qui a connu un essor artistique et intellectuel à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, est fortement marquée par le Modernisme, qui n’est autre que l’appellation de l’Art nouveau en catalan.

Antoni Antonio Gaudi, Lluis Domenech i Montaner, Lluis Muncunill, Josep Puig i Cadafalch ou encore Joan Busquets  sont certainement les plus brillants représentants de ce Modernisme qui a rayonné dans toute la Catalogne à la fin du XIXe siècle et qui est aujourd’hui l’un des attraits touristiques de la région.

La ville de Terrassa qui compte aujourd’hui 200.000 habitants s’est principalement développée, au tournant des XIXe et XXe siècles, grâce à l’industrie du textile. De nombreuses usines ont été alors construites par des architectes modernistes et plus particulièrement par Lluis Muncunill,  alors architecte municipal.

Terrassa conserve encore de nombreux édifices modernistes parmi lesquels une cinquantaine d’usines réhabilitées en école, en centre d’art, en restaurant, en musée… La plus intéressante et impressionnante d’entre elles est l’ancienne usine textile Vapor Aymerich devenue le musée des sciences et techniques de catalogne qui a accueilli récemment le colloque du Réseau Art nouveau.

Lluis Muncunill, détail des voutes intérieures du Vapor Aymerich, Amat i Jover, 1907

D’autres édifices particulièrement remarquables par leur décoration et par leur architecture jalonnent tout le centre historique de Terrassa. La Casa Museu Alegre reflète l’art de vivre dans une riche demeure bourgeoise des années 1900. Architecture, vitraux, ferronneries, sculptures, peintures, mosaïques, mobilier… tout y est encore en place ou a été réintégré et restauré dans cette maison, propriété de la ville transformée en musée.

Alexandre de Riquer, peinture du salon de la Casa Alegre de Sagrera

Les riches industriels du textile font appel à Muncunill pour construire et aménager leurs demeures dans ce style moderne. La référence au monde végétal y est toujours présente, de façon parfois discrète, comme en témoignent certaines sculptures de façades à décor de chardon, de tournesol ou de fleurs plus locales.

Lluis Muncunill, façade de l'Almacèn Joaquim Alegre, 1904

On ne peut quitter Terrassa sans rendre visite à la Masia Freixa, étonnante par la simplicité de ses lignes organiques et par la beauté de ses volumes épurés.

Lluis Muncunill, Masia Freixa, 1907-1910, détail de la façade principale

Lluis Muncunill, Masia Freixa, 1907-1910, façade latérale

Lluis Muncunill, Masia Freixa, 1907-1910, détail d'une porte

L’encyclopédie florale de Henri Bergé

vendredi 11 juin 2010

Au moment où l’Association des Amis du Musée de l’Ecole de Nancy visitait les thermes Art nouveau de Bad-Nauheim, avait lieu à plus de 1000 kilomètres de là, le colloque organisé par le Réseau Art nouveau sur le thème de “L’herbier Art nouveau”.  C’était en Espagne, dans la ville de Terrassa, située à quelques kilomètres de Barcelone.  Nous vous présenterons les particularités très étonnantes de ce patrimoine Art nouveau dans une prochaine note.

L'auditorium du musée

Le colloque se tenait au Museu Nacional de la Ciència i Tècnica de Catalunya (mNACTEC), une ancienne usine de textile Art nouveau reconvertie en musée des sciences et des techniques sur une surface de plus de 20.000m².

L'ancienne usine Vapor Aymerich, Amat i Jover (1907) réhabilitée en musée

Pour ce thème, idéal pour l’Art nouveau nancéien, le musée de l’Ecole de Nancy avait invité Michel Frising, doctorant en histoire de l’art à l’Université de Nancy 2, à présenter une communication sur “l’encyclopédie florale de Henri Bergé” que ce dernier constituât pour la cristallerie Daum.

Bien que Henri Bergé fût un artiste majeur de l’Ecole de Nancy, un collaborateur précieux pour Daum et un formateur exemplaire, il demeure encore assez méconnu. Néanmoins, les collections des musées de Nancy conservent un grand nombre de ses oeuvres (dessins, affiches, reliures, vitraux).

Quelques études botaniques et animalières de Henri Bergé. Musée de l'Ecole de Nancy

Heni Bergé, Vitrail La Lecture. Musée de l'Ecole de Nancy. Photo Gilbert Mangin

Les actes de ce colloque seront très prochainement disponibles sur le site du Réseau Art nouveau. Vous pourrez y découvrir les communications d’experts internationaux et les témoignages des partenaires du Réseau sur cette thématique particulièrement foisonnante : Barcelone, Budapest, Pavia, Riga, Terrassa.