Archive pour le mot-clef ‘Réseau’

Escapade de dernière minute…

vendredi 14 août 2015

Pour voir briller les derniers feux de l’été, loin de la foule déchaînée des bords de mer, voici une destination originale et surprenante inspirée par l’itinérance de l’exposition Natures de l’Art nouveau: SUBOTICA, en Serbie.

Le palais Raichl

Le palais Raichl

Cette ville, située à quelques kilomètres de la frontière Hongroise, dans le nord du pays, connut un développement économique important au sein de l’Empire Austro-Hongrois dans la deuxième moitié du 19ème siècle. A partir des années 1880, elle vit affluer un nombre grandissant d’habitants et se développa en une ville moderne, attirant des architectes et des ingénieurs de toute la Hongrie, tels Ödön Lechner ou Raichl Ferenc. Architecture civile ou bâtiments publics, la frénésie constructive de Subotica et son enthousiasme pour le style Art nouveau se poursuivirent pendant les premières années du 20ème siècle. Le style associe les influences locales et régionales aux grands courants européens hongrois, viennois, belges ou français.

La grande synagogue

La grande synagogue

Quelques bâtiments emblématiques méritent le détour, comme la grande synagogue, l’hôtel de ville ou le palais Raichl. Les bords du lac voisin, le lac Palic, lieux de villégiature de la bourgeoisie locale furent également construits d’imposants bâtiments de style moderne et prolongent aujourd’hui cette plongée dans l’Europe de la Belle époque … Nul doute que Subotica et la Serbie seront les prochaines destinations “hype”! Allez-y vite avant la foule!

Subotica est membre du Réseau Art nouveau. L’exposition itinérante natures de l’Art nouveau y est présentée jusqu’au 14 septembre prochain (musée municipal de Subotica).

Le Réseau Art nouveau organise son prochain laboratoire historique à Subotica le 11 septembre prochain sur le thème: De la recherche à la restauration: patrimoine Art nouveau.

Pour découvrir Subotica et le lac Palic, consulter les sites

Subotica Art nouveau

Visit Subotica et Visit Palic

 

Visit Palic

Visit Palic

Allons voir …

vendredi 23 janvier 2015

… si l’Art nouveau y est!

Toujours à la recherche de bons plans et de bonnes idées pour les amateurs d’Art nouveau, Off a fait le tour des expositions s’intéressant de près – ou de loin- à cette période que nous affectionnons…

Roubaix:
Le musée de la Piscine propose en ce moment une exposition consacrée à Camille Claudel,  Au miroir d’un Art nouveau (jusqu’au 8 février)

Claudel

Camille Claudel à Roubaix

“Camille Claudel est aujourd’hui perçue comme l’héroïne dramatique d’une histoire emblématique de la condition féminine au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle. Elle est surtout une artiste de premier rang qui apporte à l’histoire de la sculpture moderne un regard d’une grande singularité, ouvrant des ponts entre le naturalisme et le symbolisme, le néo-florentinisme et l’Art nouveau (…)”

Nous lirons avec attention le texte d’Emmanuelle Héran consacré à l’influence du courant japoniste et de l’Art nouveau dans l’art de Camille Claudel, publié dans le catalogue de l’exposition (Coédition Gallimard – La Piscine).

Paris:
Le musée d’Orsay présente ses plus récentes acquisitions en 7 ans de réflexion (jusqu’au 22 février)

7 années d'acquisitions, au musée d'ORsay jusqu'au 22 février

7 années d’acquisitions, au musée d’ORsay jusqu’au 22 février

Nous serons particulièrement attentifs à la section des arts décoratifs, où figurent de belles acquisitions École de Nancy, confrontées à des créations contemporaines …

« Deux œuvres de Gallé, un important vase sur le thème de la mer présenté lors de l’exposition de 1900 et un pichet sauterelle retracent l’extraordinaire fantaisie de l’artiste. (…) Alors que l’Art nouveau tempère sa maturation dans une étagère de Majorelle (donation Rispal), de nouvelles formes plus radicales annoncent l’art raffiné des années à venir avec une bergère de Karbowsky livrée pour Doucet, une commode de Mère aux panneaux de cuir gravé et une bergère de Ruhlmann à ses débuts sous influence viennoise, déjà totalement maître de sa ligne. »

La Haye:
Le musée Louis Couperus s’intéresse à  Carel de Nerée Tot Babberich en Henri van Booven. Den Haag in het Fin de siècle (jusqu’au 10 mai)

poster2_0

A travers les figures du peintre Carel de Nerée Tot Babberich et des écrivains Henri van Booven et Louis Couperus, l’exposition évoque la vie artistique de La Haye à la fin du XIXème siècle. Très influencé par Aubrey Beardsley, le peintre néerlandais laisse un œuvre qualifié de “décadentiste”, très symboliste, tout à fait ” Art nouveau”, notamment par son goût japonisant. A l’image de ses contemporains belges, français ou allemands, Carel de Nerée Tot Babberich s’intéressa également -brièvement-  aux arts décoratifs et même au textile.

Darmstadt:
La Mathildenhöhe de Darmstadt révèle un autre artiste peu connu en France, Hans Christiansen. Die Retrospecktive (jusqu’au 1er février, il faut se dépêcher!)

Rétrospective Hans Christiansen à Darmstadt jusqu'au 1er février

Rétrospective Hans Christiansen à Darmstadt jusqu’au 1er février

Avec la découverte de Tiffany, puis un séjour à l’Académie Julian à Paris, Hans Christiansen devient un pur artiste du Jugendstil allemand, se consacrant essentiellement à la peinture, mais aussi au mobilier, à la céramique, au papier peint, à la broderie ou encore à la tapisserie. Après la Mathildenhöhe, l’exposition sera présentée successivement à Berlin, Munich et Flensburg, sa ville natale.

Ljubjana:
Ce tour d’Europe des expositions ne serait pas complet sans citer la nouvelle étape de Natures de l’Art nouveau, présentée à Ljubjana jusqu’au 19 avril

Ljubjana

Que dire de plus sur cette expo?, sinon qu’elle peut être un bon prétexte pour aller découvrir une ville magnifique au patrimoine Art nouveau exceptionnel, membre (francophone) du Réseau Art nouveau!

Bon voyage!

Carnet de voyage n°6: Aveiro

jeudi 15 janvier 2015

Le périple de l’exposition Natures de l’Art nouveau se poursuit… après la Catalogne, l’exposition est en ce moment même présentée au Portugal, dans une petite ville très active au sein du Réseau Art nouveau, Aveiro, une ville qu’on appelle aussi “la Venise portugaise”!

Aveiro, ville du centre du Portugal, connue pour ses "Moliciero", des barques permettant de naviguer sur ses canaux Image: vsitcentrodeportugal.com

Aveiro, ville du centre du Portugal, connue pour ses “Moliciero”, des barques permettant de naviguer sur ses canaux
Image: vsitcentrodeportugal.com

Off a demandé à Andreia de nous parler de sa ville:

Off: Qui êtes-vous et depuis combien de temps vivez-vous à aveiro?Andreia: Je m’appelle Andreia et je vis à Aveiro depuis 32 ans, c’est à dire depuis ma naissance!

O: Quels lieux représentent le mieux l’Art nouveau dans votre ville?
A: Le très récent musée de l’Art nouveau, ainsi que la Rossio, le bâtiment dans lequel est situé le musée.

Musée d'Art nouveau d'Aveiro. Image: vsitcentrodeportugal.com

Musée d’Art nouveau d’Aveiro. Image: vsitcentrodeportugal.com

O:Quels autres lieux vous conseillez-nous de visiter?
A: Il faut visiter le musée d’Aveiro, qui raconte la vie de la Princesse Joan, qui est aussi l’endroit où a été inventé le bonbon traditionnel d’Aveiro, l’ovos moles. La visite de l’écomusée de Marinha da Troncalhada, s’impose aussi aux beaux jours!

O:Quelle est l’ambiance de la ville? Pouvez-vous nous dire ce qui la rend agréable à vivre?A: Il y a ici beaucoup de lumière, une cuisine délicieuse et de très beaux bâtiments! Aveiro est une ville étudiante (une grande université) et détendue, idéale pour vivre et travailler!

Suivez le parcours Art nouveau dans la ville. Image: vsitcentrodeportugal.com

Suivez le parcours Art nouveau dans la ville.
Image: vsitcentrodeportugal.com

O: un bon plan pour se loger, manger, faire du shopping?
A: Il y a de nombreux hôtels et chambres d’hôtes dans le centre-ville. Pour se restaurer, essayez les restaurants traditionnels situés autour du marché aux poissons. Pour le shopping, direction les rues commerçantes d’Aveiro, ou encore le Forum, un centre commercial.

Détail des typiques Azulejos Image: vsitcentrodeportugal.com

Détail des typiques Azulejos
Image: vsitcentrodeportugal.com

O: Que faut-il absolument rapporter d’Aveiro?
A: Des Ovos Moles, bien sûr! en forme de fruits de mer!

les fameux Ovos moles d'Aveiro

les fameux Ovos moles d’Aveiro

Découvrir Aveiro
Visiter le musée Art nouveau: et aussi sur Facebook

Aveiro possède un riche patrimoine bâti typique de l'Art nouveau Image: vsitcentrodeportugal.com

Aveiro possède un riche patrimoine bâti typique de l’Art nouveau
Image: vsitcentrodeportugal.com

Natures de l’Art nouveau /Naturezas de Arte Nuova, l’exposition est présentée à Aveiro jusqu’au 25 février 2015

L'exposition Natures de l'Art nouveau à Aveiro

L’exposition Natures de l’Art nouveau à Aveiro

 

2015

vendredi 9 janvier 2015
2015

2015

 

Pour connaître le programme 2015, cliquez sur l’image!

Feuilles d’automne…

mardi 9 septembre 2014

Deux publications récentes sur l’Art nouveau à consulter d’urgence…

A partir de vendredi prochain, l’Association des Amis du Musée de l’École de Nancy proposera sur son stand du Livre sur la Place son nouveau magazine “Arts nouveaux” N°30.

Pour les impatients, en voici le sommaire alléchant!

Arts nouveaux n°30

Arts nouveaux n°30

Un sommaire passionnant

Un sommaire passionnant

 

  •       La Pharmacie du Cygne à Alesund (Norvège), par Ingvil Eilersten Grimstad

Ville côtière de Norvège, Alesund doit sa notoriété à un incendie qui détruit la ville en 1904. Tout le centre-ville est alors reconstruit dans un style combinant Art nouveau et romantisme national. La pharmacie du Cygne combine ces deux inspirations, avec sa façade de granit gris surmontée d’une tour et scandée d’ouvertures aux formes variées. L’agencement intérieur de la pharmacie, tout en courbe, est traité en bois exotique décoré de sculptures inspirées par la mythologie norvégienne.

Alesund et son Jugenstilenteret, installé dans l’ancienne pharmacie du Cygne, sont les partenaires de Nancy au sein du Réseau Art nouveau. Ingvil Eilersten Grimstad est Conseillère en Chef au Jugendstilenteret.

Direction Alesund en Norvège...

Direction Alesund en Norvège…

  •   Keller & Guérin à Lunéville et la Rookwood Pottery à Cincinnati, par Étienne Tornier

Dès les années 1880, une bonne partie de la production de la faïencerie lunévilloise était destinée à l’exportation, notamment vers les États-Unis. La présence massive de manufactures européennes sur le marché américain contribue largement à la naissance d’une industrie locale, bénéficiant de l’ouverture des premiers musées et écoles d’arts appliqués sur le modèle européen. La qualité de cette production – celle notamment de la Rookwood Pottery de Cincinnati- oblige les manufactures européennes à réviser leurs modèles et pousse même Keller et Guérin à se lancer dans des imitations  afin de maintenir son succès sur le sol américain.

Etienne Tornier est chargé d’études et de recherches à l’INHA, Paris

  • Victor Prouvé et la commande de décoration publique parisienne, par Blandine Otter

Ce nouvel article de Blandine Otter, assistante de conservation principal au musée de l’École de Nancy, fait suite à l’article paru l’an passé et consacré à Victor Prouvé et la commande publique à Nancy. Victor Prouvé reçoit commande des décors des mairies d’Issy-les-Moulineaux (escalier d’honneur, 1896-97) et du XIème arrondissement de Paris ( salle des fêtes, 1897-1913). On y retrouve les thématiques qui lui sont chères: la famille, la nature, la joie de vivre, l’esprit républicain. La création de ces œuvres, toujours en place, est bien connue grâce à l’abondance de dessins préparatoires, mais aussi à des photographies de modèles ou aux lettres échangées avec ses relations nancéiennes ou sa famille. On découvre alors que l’artiste ne doit pas faire face qu’à de simples questions esthétiques…

  •  Emile et Henriette Gallé. Correspondance 1875-1904, par Jacqueline Amphoux et Philippe Thiébaut

A l’occasion de la parution en mai dernier du recueil des lettres échangées par Emile Gallé et son épouse Henriette Gallé-Grimm entre 1875 et 1904, Jacqueline Amphoux, leur arrière-petite-fille, et Philippe Thiébaut, conservateur général du patrimoine, reviennent sur cette correspondance et son importance dans l’approfondissement de la connaissance du travail de Gallé. Une sélection précise de lettres, échangées dès les fiançailles, retrace leur histoire commune, et affirme la place essentielle d’Henriette dans la vie d’Émile non seulement sur le plan personnel, mais aussi sur le plan professionnel.

Jacqueline Amphoux et Philippe Thiébaut ont répondu à l’invitation de l’AAMEN et du musée de l’École de Nancy pour aborder ces sujets au cours d’une conférence proposée le 8 octobre à 18h30 à l’amphithéâtre du Museum-Aquarium.

  • Produire pendant la Première Guerre. Les établissements Gallé, par Valérie Thomas

La récente exposition-dossier consacrée aux activités des membres de l’École de Nancy pendant la Première Guerre mondiale a permis de mettre la lumière sur une production méconnue et peu documentée, celle des Établissements Gallé. A la mort d’Émile Gallé, sa veuve Henriette reprend la direction de l’entreprise avec l’aide de ses gendres et des collaborateurs de son mari. Jusqu’à son décès en avril 1914, elle développe la production sérielle de petits meubles et d’objets, en particulier celle des vases gravés à l’acide. La guerre provoque l’arrêt presque total de la production, rendue impossible en premier lieu par la mobilisation des ouvriers et la proximité géographique du front. Cependant, l’usine réussit à maintenir une petite production, essentiellement de verrerie utilitaire, parmi laquelle on trouve une série dite “vases de guerre”. Valérie Thomas, conservateur en chef du musée de l’École de Nancy, a réuni les quelques documents et  archives connus pour évoquer ces verreries.

  •  Le soutien d’Émile Gallé à la libération des esclaves en Afrique, par François Le Tacon

En octobre 2015, le musée de l’École de Nancy proposera une grande exposition consacrée à l’École de Nancy face aux questions politiques de son temps. On connaît bien l’engagement de Gallé en faveur du Capitaine Dreyfus, mais Gallé soutint bien d’autres luttes, comme celle évoquée dans le présent article, la libération des esclaves d’Afrique de l’ouest et l’amélioration de leurs  conditions de vie dans les villages de liberté créés par l’armée française.

François Le Tacon, directeur de recherches à l’INRA,  est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à Émile Gallé.

Arts Nouveaux, magazine de l’art nouveau, n°30, septembre 2014.
Édité par l’ Association des Amis du Musée de l’École de Nancy, 52 pages, illustrations couleurs, 7 €

En vente sur le stand de l’AAMEN au salon du Livre sur la Place, du 12 au 14 septembre, à la caisse du musée de l’École de Nancy ou par correspondance en contactant  l’AAMEN: aamen@wanadoo.fr

coup De fouet n°23

coup De fouet n°23

Le nouveau numéro du magazine coup De fouet, revue de la Route Européenne de l’Art nouveau (Barcelone) propose également un sommaire captivant qui nous invite à voyager à travers le monde Art nouveau!

Hommage à C. Rennie Makintosch

Hommage à C. Rennie Makintosch

Un dossier richement illustré consacré à l’architecte Ödön Lechner nous entraine en Hongrie, en Slovaquie et même en Roumanie, à l’occasion du 100ème anniversaire de sa disparition. Ce nouveau numéro de Coup de fouet invite à de nombreuses autres découvertes, comme celle de l’artiste afro-américaine Meta Warrick Fuller, des jardins tropicaux de La Havane, ou du Palais de la Culture de Riga récemment restauré.

Nous avons lu avec attention l’article consacré par Jérôme Perrin, assistant de conservation principal à la villa Majorelle, à la villa Fournier-Defaut, construite dans le Parc de Saurupt à Nancy, et dont la démolition en 1975 agit comme un révélateur pour la cause de l’Art nouveau alors dénigré ou ignoré.

La villa Fournier-Defaut à Nancy

La villa Fournier-Defaut à Nancy

coup De fouet n°23, 2014
Revue bilingue anglais-catalan
Contact: coupDefouet@coupDefouet.eu, Tel: +34 932 562 509
www.artnouveau.eu

Bonne lecture!

 

 

Voyages savants…

vendredi 8 août 2014

Si l’envie vous prenait de voyager pour étudier, voici deux idées de conférences…

Direction Riga, pour le 5ème laboratoire historique proposé le 5 septembre prochain par le Réseau Art nouveau, sur le thème:

Cohérence des espaces intérieurs et extérieurs dans l’architecture Art nouveau Européenne

Avec des études de cas et des spécialistes de toute l’Europe (Tallin, Bruxelles, Barcelone, Budapest, Riga, Glasgow…)

Pour s’inscrire: par mail maruta.briekmane@riga.lv et par fax au +371 67281184 avant le 20 août 2014!

Rendez-vous à Riga le 5 septembre...

Rendez-vous à Riga le 5 septembre…

Le 25 novembre, l’association Iconic Houses propose sa conférence annuelle à Barcelone, dans le cadre ô combien moderniste de La Pedrera…

Cette journée rassemble les institutions et propriétaires de maisons iconiques du 20ème siècle faisant partie de l’association, ainsi que des spécialistes en restauration, architecture, mais aussi management et marketing, venus partager leurs expériences.

Pour rappel, la Villa Majorelle et la maison Jean Prouvé font toutes deux partie de ce réseau de diffusion et de sauvegarde du patrimoine architectural contemporain.

... ou à Barcelone en novembre.

… ou à Barcelone en novembre.

Pour assister à cette journée:
contacter N. Drabbe par mail:  connect@ndcc.nl
(tarif réduit pour toute inscription avant le 10 septembre)

 

Envie d’ailleurs…

vendredi 1 août 2014

Vous n’avez toujours pas décidé où aller passer vos vacances? Vous êtes de ceux qui préfèrent les heures de visites plutôt que les heures de bronzage? Voici quelques idées pour vous qui aimez l’Art nouveau où qu’il se trouve!

Le musée des Arts appliqués de Budapest propose jusqu’au 31 juillet d’admirer sa collection de chefs d’œuvre Art nouveau . Ce musée fut fondé en 1872, sous l’impulsion du succès des arts décoratifs à l’Exposition Universelle de Paris de 1867. Le conservateur Jeno Radic initia une importante politique d’achats lors des expositions suivantes, celle de 1889 et celle de 1900 tout particulièrement.  De nombreux pays sont ainsi représentés, avec une importante collection d’œuvres françaises, dont Gallé,  Majorelle et Daum. Le site propose une visite virtuelle de l’exposition ici, ainsi que l’accès à la banque de donnée recensant l’ensemble de la collection. Même si le hongrois ne vous est pas familier, vous trouverez aisément les pièces en tapant “Nancy” ou “Gallé” dans le moteur de recherche!

Emile Gallé, vase à décor d'orchidée, 1900. Musée des arts appliqués de Budapest

Emile Gallé, vase à décor d’orchidée, 1900. Musée des arts appliqués de Budapest

Direction les pays Baltes, ensuite, avec une nouvelle étape pour l’exposition “Natures de l’Art nouveau”, cette fois à Riga, en Lettonie.

Le centre de la ville est composé aux deux tiers de bâtiments Art nouveau et classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Le style, mêlant les grandes tendances européennes au “Romantisme national” et à l’Art nouveau dit “perpendiculaire”, reflète l’essor industriel et culturel de la ville, et la volonté de l’inscrire comme reflet de son identité nationale.

Le musée Art nouveau propose en outre une exposition consacrée à l’Art nouveau des Pays Bas… de quoi alimenter notre découverte de ce style au delà des frontières!

Natures de l'Art nouveau, version lettone, jusqu'au 7 septembre à Riga

Natures de l’Art nouveau, version lettone, jusqu’au 7 septembre à Riga

Direction l’Ouest de l’Europe, avec une exposition consacrée à L’architecture Mackintosch, présentée à la Hunterian art Gallery de Glasgow, jusqu’au 15 janvier 2015.

Vous vous rappelez sans doute le récent incendie qui avait détruit une partie de la Glasgow School of Art … L’exposition réunit des dessins d’architectures inédits, associés à des films et des maquettes réalisés pour l’occasion. Elle fait le point sur tous les aspects de son travail, en particulier sur le cabinet d’architecture dont il faisait partie ou sur ses clients.

L'architecture selon Charles Rennie Mackintosch, à Glasgow

L’architecture selon Charles Rennie Mackintosch, à Glasgow

Restons au Royaume Uni, pour découvrir dans la rétrospective que le  Victoria & Albert Museum de Londres consacre à la robe de mariée de 1775 à 2014, ce que les couturiers de la Belle Epoque ont imaginé… (et où l’on apprend que la mariée n’est pas toujours en blanc!)

Ambiance nuptiale à Londres, au Victoria and Albert museum...

Ambiance nuptiale à Londres, au Victoria and Albert museum…

De retour en France, l’exposition présentée à l’Institut du monde arabe à Paris et consacrée à l’ Orient Express nous rappelle que ce dernier commença son périple dès 1883, bien avant qu’Hercule Poirot et l’Art Déco n’en fassent le mythe que nous connaissons. Il fallait sans doute avoir un certain esprit d’aventure pour embarquer à bord du train à destination d’Istambul! Voilà l’occasion rêvée de vivre l’expérience Orient Express grâce aux wagons que l’on peut visiter et d’en finir enfin avec les confusions Art nouveau – Art Déco!

 

Jusqu'au 31 août à l'Institut du Monde Arabe, embarquez à bord de l'Orient Express...

Jusqu’au 31 août à l’Institut du Monde Arabe, embarquez à bord de l’Orient Express…

Enfin, pour les purs et durs… n’oubliez pas de passer par l’Alsace et son musée du papier peint de Rixheim, qui consacre à l’Art nouveau une rétrospective jusqu’au 15 mai 2015. Compagnon indispensable de l’ameublement moderne, le papier peint permet à l’esthétique Art nouveau d’entrer dans de nombreux intérieurs, grâce aux procédés de reproduction mécanique qui ouvrent la voie de la production industrielle. L’exposition présente des papiers peints issus de la collection Zuber ainsi que des prêts de la Bibliothèque Forney, du musée de l’Impression sur étoffe de Mulhouse, etc… Si la majorité des papiers peints furent créés par des mains anonymes, certains portent la signature de créateurs célèbres comme Mucha ou Guimard…

Papier peint, manufacture inconnue, dessinateur Alphonse Mucha, 1898. Risheim, musée du papier peint.

Papier peint, manufacture inconnue, dessinateur Alphonse Mucha, 1898. Risheim, musée du papier peint.

Alors, plus une seconde à perdre… bouclez vos valises et en route pour ce grand tour de l’Europe!

 

 

 

Direction Terrassa!

dimanche 6 juillet 2014

Carnet de voyage n°4…

Natures de l’Art nouveau continue son périple européen… L’exposition est présentée encore pour quelques jours à Terrassa, une petite ville catalane située à une vingtaine de kilomètres de Barcelone, qui connut une forte expansion industrielle grâce au textile. Terrassa possède donc un patrimoine industriel particulièrement riche et intéressant, en particulier l’usine Vapor Aymerich ou la Masia Freixa, qui valent bien un détour, si la Catalogne est votre destination cet été!

Pour nous parler de la ville, nous avons rencontré Domenec Ferran, directeur du Museu de Terrassa.

Masia Freixa, Terrassa

Masia Freixa, Terrassa

Off: Quels lieux représentent le mieux l’Art nouveau à Terrassa?Domenec: L’usine Vapor Aymerich, bien sûr, la Casa Alegre de Sagrera, le Magatzem Fornès, l’Ecole Industrielle et pour finir la Masia Freixa.

Les toitures très étudiées de l'usine Vapor Aymerich, de nuit...

Les toitures très étudiées de l’usine Vapor Aymerich, de nuit…

O:Quels sont les autres lieux que vous nous conseillez de visiter?
D: La cathédrale Seu d’Egara, l’église San Pere de Terrassa, le château (castell),  le Cartoixa de Vallparadis, le théâtre principal et naturellement, le museu de Terrassa!

de jour...

de jour…

O: Quelle est l’ambiance de votre ville? pouvez-vous nous dire ce qui la rend agréable à vivre?
D: C’est une ville accessible, jolie et moins chère que Barcelone. Elle a l’avantage d’être justement près de Barcelone, avec des liaisons rapides. Terrassa propose beaucoup d’activités culturelles de grande qualité (théâtre, concerts de Jazz, …) et possède un riche patrimoine architectural et muséal.

La Casa Alegre de Sagrera

La Casa Alegre de Sagrera

O: Où nous conseillez-vous de dormir, manger, faire du shopping?
D: Le mieux est de trouver un hôtel dans le centre, où l’ambiance est très agréable, les monuments proches. A Terrassa, rien n’est à plus de 15 -20 minutes! Terrassa, comme les toutes villes catalanes, se vit dans la rue à partir du printemps!

L'Escola Industrial

L’Escola Industrial

et le Centre de Documentation du musée du Textile

et le Centre de Documentation du musée du Textile

 

O: Quel souvenir doit-on absolument ramener de Terrassa?
D: De l’artisanat local, souvent inspiré par les monuments modernistes de la ville, bien sûr!

La Cathédrale Seu d'Egara

La Cathédrale Seu d’Egara

et l'église San Pere

et l’église San Pere

L’exposition Natures de l’Art nouveau est ouverte jusqu’au 13 juillet prochain à la Salla Muncunill… Pas une seconde à perdre!

Naturaleses de l'Art nouveau

Naturaleses de l’Art nouveau

 

 

JOURNEE MONDIALE DE L’ART NOUVEAU

jeudi 5 juin 2014

Mardi 10 juin, l’Art nouveau aura lui aussi sa journée mondiale!

Pour célébrer cet évènement et l’Art nouveau, nous vous invitons à participer au petit concours lancé par le Réseau Art nouveau Network sur sa page facebook…

https://www.facebook.com/events/690704470997042/

Rejoignez-nous pour le concours de Selfies Art nouveau!

Rejoignez-nous pour le concours de Selfies Art nouveau!

Allez Nancy!

Carnet de voyage n°3 …. Alesund

mardi 15 avril 2014

Alesund (prononcer Olessound), située en Norvège, au nord de Bergen, est une  ville portuaire qui doit sa renommée à l’incendie dramatique du 23 janvier 1904, qui la détruisit complètement. En trois ans, la ville fut entièrement reconstruite dans un style combinant Art nouveau et Romantisme National, où dominent les tourelles, gables, et autres pics et décors fantastiques. Cette homogénéité exceptionnelle vient s’inscrire dans un paysage à couper le souffle, entre mer et montagne. La ville d’Alesund a même été désignée comme la “plus belle ville de Norvège”!

Vue panoramique sur l'archipel d'Alesund depuis Aksla

Vue panoramique sur l’archipel d’Alesund depuis Aksla

Notre voyage à travers l’Europe en compagnie de l’exposition Natures de l’Art nouveau se poursuit donc ici, grâce aux bons conseils  d’Ingvil:

Off: Ingvil, vous travaillez à Alesund depuis 10 ans. Pour les touristes que nous sommes, par quoi faut-il commencer la visite d’Alesund?

Ingvil: Je pense que le bâtiment dans lequel je travaille, le Jungendstilenteret, est l’un des plus intéressants. C’était une ancienne pharmacie. Les anciennes usines de poissons, sur les quais sont également des endroits que j’aime, car elles présentent de magnifiques détails art nouveau.

Façade de l'ancienne pharmacie du cygne, aujourd'hui Jugendstilsenteret, un lieu de recherche et d'exposition sur l'Art nouveau

Façade de l’ancienne pharmacie du cygne, aujourd’hui Jugendstilsenteret, un lieu de recherche et d’exposition sur l’Art nouveau

Détail architectural sur un bâtiment d'Alesund

Détail architectural sur un bâtiment d’Alesund

Off: Quels autres lieux valent le détour?
Ingvil: Le phare d’ Alnes offre une vue impressionnante sur la mer. Chaque fois que je me promène dans les montagnes d’Aksla et que je découvre la vue sur la ville avec la mer à perte de vue, je me sens vraiment heureuse!

Le phare d'Alnes, qui permet d'avoir une vue sur tout l'archipel d'Alesund

Le phare d’Alnes, qui permet d’avoir une vue sur tout l’archipel d’Alesund

Off: Comment définissez-vous l’ambiance d’Alesund?
Ingvil: C’est une ville toute petite et très intime, et je dirais aussi plutôt surprenante. L’air est pur et la mer et les montagnes sont présentes partout où vous allez!

Off: Où faut-il s’instaler alors pour profiter d’Alesund?
Ingvil: Le meilleur hôtel est le Brosundet Hotell, une ancienne usine de poisson reconvertie. J’aime prendre un café au Jacu et manger du poisson au XL.

L'hôtel Brosundet sur les quais d'Alesund

L’hôtel Brosundet sur les quais d’Alesund

Off: Quels souvenirs peut-on rapporter d’Alesund?
Ingvil: Une photo de vous à Aksla, et une autre  sur le pont Hellebroa, avec en arrière plan les quais et tous les immeubles Art nouveau de Brosundet!

Les quais de Brosundet au soleil couchant

Les quais de Brosundet au soleil couchant

 

Une rue d'Alesund

Une rue d’Alesund

Le Jugendstillsenteret présente l’exposition Natures de l’Art nouveau jusqu’au 11 mai prochain… Si les Fjords vous glacent, rendez-vous pour la prochaine étape de l’exposition sous le soleil de Terrassa, en Catalogne, pour un prochain carnet de voyage!