Archive pour le mot-clef ‘Paris’

Allons voir …

vendredi 23 janvier 2015

… si l’Art nouveau y est!

Toujours à la recherche de bons plans et de bonnes idées pour les amateurs d’Art nouveau, Off a fait le tour des expositions s’intéressant de près – ou de loin- à cette période que nous affectionnons…

Roubaix:
Le musée de la Piscine propose en ce moment une exposition consacrée à Camille Claudel,  Au miroir d’un Art nouveau (jusqu’au 8 février)

Claudel

Camille Claudel à Roubaix

« Camille Claudel est aujourd’hui perçue comme l’héroïne dramatique d’une histoire emblématique de la condition féminine au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle. Elle est surtout une artiste de premier rang qui apporte à l’histoire de la sculpture moderne un regard d’une grande singularité, ouvrant des ponts entre le naturalisme et le symbolisme, le néo-florentinisme et l’Art nouveau (…) »

Nous lirons avec attention le texte d’Emmanuelle Héran consacré à l’influence du courant japoniste et de l’Art nouveau dans l’art de Camille Claudel, publié dans le catalogue de l’exposition (Coédition Gallimard – La Piscine).

Paris:
Le musée d’Orsay présente ses plus récentes acquisitions en 7 ans de réflexion (jusqu’au 22 février)

7 années d'acquisitions, au musée d'ORsay jusqu'au 22 février

7 années d’acquisitions, au musée d’ORsay jusqu’au 22 février

Nous serons particulièrement attentifs à la section des arts décoratifs, où figurent de belles acquisitions École de Nancy, confrontées à des créations contemporaines …

« Deux œuvres de Gallé, un important vase sur le thème de la mer présenté lors de l’exposition de 1900 et un pichet sauterelle retracent l’extraordinaire fantaisie de l’artiste. (…) Alors que l’Art nouveau tempère sa maturation dans une étagère de Majorelle (donation Rispal), de nouvelles formes plus radicales annoncent l’art raffiné des années à venir avec une bergère de Karbowsky livrée pour Doucet, une commode de Mère aux panneaux de cuir gravé et une bergère de Ruhlmann à ses débuts sous influence viennoise, déjà totalement maître de sa ligne. »

La Haye:
Le musée Louis Couperus s’intéresse à  Carel de Nerée Tot Babberich en Henri van Booven. Den Haag in het Fin de siècle (jusqu’au 10 mai)

poster2_0

A travers les figures du peintre Carel de Nerée Tot Babberich et des écrivains Henri van Booven et Louis Couperus, l’exposition évoque la vie artistique de La Haye à la fin du XIXème siècle. Très influencé par Aubrey Beardsley, le peintre néerlandais laisse un œuvre qualifié de « décadentiste », très symboliste, tout à fait  » Art nouveau », notamment par son goût japonisant. A l’image de ses contemporains belges, français ou allemands, Carel de Nerée Tot Babberich s’intéressa également -brièvement-  aux arts décoratifs et même au textile.

Darmstadt:
La Mathildenhöhe de Darmstadt révèle un autre artiste peu connu en France, Hans Christiansen. Die Retrospecktive (jusqu’au 1er février, il faut se dépêcher!)

Rétrospective Hans Christiansen à Darmstadt jusqu'au 1er février

Rétrospective Hans Christiansen à Darmstadt jusqu’au 1er février

Avec la découverte de Tiffany, puis un séjour à l’Académie Julian à Paris, Hans Christiansen devient un pur artiste du Jugendstil allemand, se consacrant essentiellement à la peinture, mais aussi au mobilier, à la céramique, au papier peint, à la broderie ou encore à la tapisserie. Après la Mathildenhöhe, l’exposition sera présentée successivement à Berlin, Munich et Flensburg, sa ville natale.

Ljubjana:
Ce tour d’Europe des expositions ne serait pas complet sans citer la nouvelle étape de Natures de l’Art nouveau, présentée à Ljubjana jusqu’au 19 avril

Ljubjana

Que dire de plus sur cette expo?, sinon qu’elle peut être un bon prétexte pour aller découvrir une ville magnifique au patrimoine Art nouveau exceptionnel, membre (francophone) du Réseau Art nouveau!

Bon voyage!

L’art et la nature… version contemporaine!

mardi 10 décembre 2013

L’influence de la nature sur l’art a pris bien des formes au cours des siècles. Si elle était, bien sûr, au cœur des réflexions de l’École de Nancy il y a cent ans, l’exemple que voici confirme qu’elle l’est encore aujourd’hui pour certains artistes, avec la même poésie et la même curiosité pour le détournement des matériaux…!

Exposition Noces Végétales au Jardin des Plantes à Paris

Exposition Noces Végétales au Jardin des Plantes à Paris

Une cascade de tissu

Une cascade de tissu

Un travail d'une précision incroyable!

Un travail d’une précision incroyable!

L’œuvre de l'artiste Tsuri Gueta

L’œuvre de l’artiste Tsuri Gueta

Exposition Noces Végétales
dans les Grandes serres du Jardin des Plantes, à Paris, jusqu’au 3 février 2014

 

 

 

Du côté de chez Jacques Emile Blanche…

jeudi 6 décembre 2012

La fondation Yves Saint Laurent présente jusqu’au 27 janvier 2013 une exposition consacrée au peintre Jacques Emile Blanche (1861 -1942), portraitiste des salons de la Belle Epoque. 

Proust, Montesquiou, Gide, Rodin, Cocteau, Debussy, Stravinsky, Degas, Mallarmé, Louÿs, Claudel, tous les grands noms des animateurs de la vie artistique et sociale de l’avant guerre figurent parmi ses sujets.… Certains d’entre eux furent des connaissances et des clients de Gallé. 

L’exposition restitue l’atmosphère des salons dans le décor intime d’un appartement cossu de la Belle Epoque. Elle permet aussi de rendre au peintre sa place, jusqu’ici plutôt négligée. 

Elle offre ainsi pour les amateurs de cette période un témoignage exceptionnel d’un monde qui allait être emporté par la Grande Guerre. 

Du côté de chez Jacques Emile Blanche
Fondation Pierre Bergé – Yves Saint-Laurent 

3 rue Léonce Reynaud, 75116 Paris 

Du mardi au dimanche de 11h à 18h 

Catalogue d’exposition dirigé par Jérôme Neutres (commissaire)
Textes de Jérôme Neutres et de Jane Roberts
Éditions Skira-Flammarion, 2012, 160 pages, 30€ 

Marcel Proust, symbole des salons de la Belle Epoque