Archive pour le mot-clef ‘animations’

La mer…

mardi 8 juillet 2014

Nombreux parmi vous s’apprêtent sans doute à gagner les côtes pour un repos mérité…
La fin du XIXème siècle voit les premiers vacanciers fréquenter les bords de mer, arpenter les jetées, et flâner sur les ports… C’est également à cette période que commence l’exploration des milieux sous-marins, révélant l’existence d’une quantité infinie d’espèces dont on ignorait tout. Fasciné par ces découvertes, qui lui offrent un nouveau répertoire, Émile Gallé choisit à plusieurs reprises d’évoquer le milieu marin dans ses créations.

 

Emile Gallé, avec Victor Prouvé et Louis Hestaux, jardinière Flora marina, flora exotica, MEN. Cliché Studio image

Émile Gallé, avec Victor Prouvé et Louis Hestaux, jardinière Flora marina, flora exotica, MEN. Cliché Studio image

L’une de ses toutes premières créations d’ébénisterie, la jardinière Flora marina, Flora exotica, créée pour l’Exposition Universelle de 1889, présente un savant mélange d’observation réaliste et de fantaisie allégorique. Le décor de ce curieux objet en forme de navire, aux formes sinueuses héritées du style rococo, associe  la sculpture et la marqueterie. Victor Prouvé et Louis Hestaux collaborent ici pour recréer  les deux univers qui fascinent Gallé: la flore exotique, illustrée par des plantes tropicales, des flamands roses et une vahiné alanguie, et la flore marine, caractérisée par les algues, les coraux, les étoiles de mer et une sirène, pour la partie marquetée, et des coquillages, crustacés et animaux marins stylisés sur les pieds.

Détail du décor côté Flora marina, avec une sirène

Détail du décor côté Flora marina, avec une sirène

et des crabes

et des crabes

 

La même année, Gallé présente un vase intitulé Les fonds de la mer. Pour évoquer la profondeur, Gallé choisit un verre multicouches opaque allant du noir au rouge profond. Les motifs d’algues, repris à la roue, se dessinent par transparence grâce aux inclusions métalliques intercalaires. Un coquillage et un poisson sont appliqués sur la panse. A l’opposé d’une fantaisie baroque, le vase de Gallé restitue l’atmosphère sombre et mystérieuse du milieu aquatique, avec une précision scientifique dans le rendu des motifs. On retrouve ce souci de véracité dans la description des coquillages qui décorent l’amphore du roi Salomon, trônant devant le four verrier sur le stand Gallé en 1900. Les Fonds de la mer comme l’amphore témoignent du souci poussé à l’extrême de combiner l’aspect du verre, la forme de l’objet, les décors dans différentes techniques et le sujet, dans une parfaite cohésion. Le vert de l’amphore, marbré de lignes plus sombres et de paillons métalliques évoque les algues et le long séjour au fonds de l’eau. Ce sont encore des algues – de fer forgé- entremêlées de coquillages et des sceaux de verre, qui ferment et soutiennent la cruche magique. Il s’en dégage un sentiment à la fois mystérieux et romanesque.

Emile Gallé, vase Les fonds de la mer, modèle créé en 1889, réédité en 1892, puis de 1900 à 1903. MEN, cliché C. Philippot

Émile Gallé, vase Les fonds de la mer, modèle créé en 1889, réédité en 1892, puis de 1900 à 1903. MEN, cliché C. Philippot

Emile Gallé, amphore du roi Salomon, 1900. MEN. Cliché C. Philippot

Émile Gallé, amphore du roi Salomon, 1900. MEN. Cliché C. Philippot

 

Que signifie-t-elle, justement, cette main mystérieuse jaillie des profondeurs? La main aux algues et coquillages, œuvre ultime et poignante de Gallé en 1904, garde ses secrets, tel l’océan dont on ignore la fin… Les doigts tordus et boursouflés se dressent-ils pour un dernier adieu? Tentent-ils désespérément d’échapper à l’engloutissement? Cette main évoque-t-elle au contraire la vie, sans cesse renouvelée? Est-elle celle d’une sirène mythique vivant éternellement dans l’imaginaire et le cœur de l’artiste?

Emile Gallé, Main aux algues et coquillages, 1904. MEN. Cliché Studio Image

Émile Gallé, Main aux algues et coquillages, 1904. MEN. Cliché Studio Image

Peut-être en croiserez-vous une au détour d’une baignade en mer cet été…!
Bonnes vacances!

*** N’oubliez pas, pour ceux qui restent, nos rendez-vous hebdomadaires des mercredis à 17.00… ainsi que toutes nos petites surprises programmées durant l’été… Pour retrouver le programme, rendez-vous sur le site du MEN, dans la rubrique « actualités »

www.ecole-de-nancy.com

 

 

Demain, moi, je m’ballade…

vendredi 4 juillet 2014

Vous aussi?…
Rendez-vous à 11heures précises demain matin à la maison du gardien au CIMETIÈRE de PREVILLE, pour une ballade guidée proposée par le musée…

Cette visite est la première d’un cycle de 3 réparti sur les 5, 12 et 19 juillet, ayant pour thème des visites à l’extérieur du musée:

Après  le cimetière de Préville, visitez le par de Saurupt*, le 12, puis la rue Félix Faure**, le 19… Espérons qu’il fera beau!

Pour visiter:
Réservation nécessaire au service des publics par mail (servicedespublics-musees@mairie-nancy.fr) ou par téléphone (03.83.17.86.77, du lundi au vendredi, de 9h à 12h30)

Retrait préalable des billets à la caisse du musée

Tarif: Entrée musée +1,60 €

* rendez-vous 1 rue des Brices
** rendez-vous au musée

La tombe d'Emile Gallé au cimetière de Préville, couverte de lierre, conformément aux dernières volontés de l'artiste...

La tombe d’Émile Gallé au cimetière de Préville, couverte de lierre, conformément aux dernières volontés de l’artiste…

L’art (nouveau) de l’écrire…

vendredi 13 juin 2014

Dans un récent article de ce blog, nous avions évoqué l’un des nombreux aspects que prit l’Art nouveau, l’art de la calligraphie, en particulier celui de la lettre dessinée.  Constituée en ligne sinueuse et audacieuse, se jouant des cadres et des traditions, la lettre Art nouveau est devenue -et restée- l’une des caractéristiques les plus marquées de ce style. Au point de faire un comeback inattendu dans les années 60, dans l’univers des pochettes de disques, par exemple…

C’est donc tout naturellement que la lettre dessinée a inspiré l’identité visuelle des 50 ans du musée! Mais pas n’importe laquelle:

Dans les années 1890-1900, les artistes de l’École de Nancy sont souvent mis à contribution par les étudiants lors de l’organisation de la cavalcade annuelle de la mi-carême : programmes, affiches, décoration des chars… Les bénéfices tirés des ventes des programmes sont redistribués aux plus pauvres.

En 1895, le peintre et décorateur Camille Martin imagine une affiche sobre (sans décor ni arrière-plan) uniquement scandée par un personnage à l’accoutrement évoquant le Moyen-Âge et par le titre de la  manifestation.

Camille Martin, affiche pour la grande cavalcade pour les pauvres, 1895. MEN

Camille Martin, affiche pour la grande cavalcade pour les pauvres, 1895. MEN

Aujourd’hui, pour évoquer l’atmosphère végétale du musée et de ses collections, et donner un petit côté « festif » à la communication, le graphiste Frédéric Rey a choisi de superposer plusieurs verreries, fondues dans des tonalités bleues et vertes, et barrées du titre inspiré par les lettres dessinées de Camille Martin. Le résultat combine une approche contemporaine à hommage appuyé à l’art de l’Ecole de Nancy!

Affiche des 50 ans du MEN, par F. REY

Affiche des 50 ans du MEN, par F. REY

NB: Retrouvez le détail du programme « spécial 50 ans » au musée sur le site internet

 

La classe, la Nuit!

mardi 13 mai 2014
Une nouvelle Nuit des Musées!

Une nouvelle Nuit des Musées!

Un nouveau rendez-vous à ne pas manquer!

Samedi 17 mai, c’est la NUIT DES MUSÉES!

le musée de l’École de Nancy
et
la Villa Majorelle
ouvrent leurs portes ce samedi
de 20.00 à minuit!

ENTRÉE GRATUITE pour TOUS!

Au programme:

* A la villa Majorelle: présentation du travail des enfants de deux classes de CE1 de l’école du Placieux, réalisés dans le cadre de l’opération « la classe, l’œuvre »:

Ce projet, lancé à l’initiative des ministères de la Culture et de l’Éducation Nationale, invitait des classes à choisir une œuvre parmi les collections de musée comme point de départ pour réaliser un projet artistique d’interprétation. Pour l’école du Placieux, il s’agit de la chambre à coucher de Louis Majorelle, conçue pour son usage personnel. On pourra donc découvrir comment des enfants de 8 ans perçoivent l’Art nouveau aujourd’hui!

Pour en savoir plus sur l’opération « La classe, l’œuvre », regarder ici:

* Au musée de l’École de Nancy: en écho au projet « la classe, l’œuvre », un parcours Majorelle, ponctué d’interventions de médiateurs, permet de mettre la lumière (dans la nuit!) sur les plus beaux ensembles de Louis Majorelle présentés, tels que la fameuse chambre à coucher, le piano La Mort du cygne ou le bureau Nénuphar…

et aussi: l’exposition Les artistes de l’École de Nancy et la Première Guerre mondiale, présentant le travail des artistes nancéiens pendant et après le conflit, alors que se tourne définitivement la page de l’École de Nancy…

Alors, on va tous au musée samedi soir!

BONNE NUIT!

Émile Gallé, coupe La Nuit, vers 1884. Nancy, MEN. Cliché C. Philippot

Émile Gallé, coupe La Nuit, vers 1884. Nancy, MEN. Cliché C. Philippot

Derniers jours….

mercredi 9 avril 2014
Florilège / Natures de l'Art nouveau, jusqu'au 13 avril 2014

Florilège / Natures de l’Art nouveau, jusqu’au 13 avril 2014

Hélas, il va bientôt falloir dire adieu aux deux expositions du Palais du Gouvernement…

Natures de l'Art nouveau et Florilège, pour quelques jours encore au Palais du Gouvernement

Natures de l’Art nouveau et Florilège, pour quelques jours encore au Palais du Gouvernement

Il vous reste quelques jours pour les découvrir et de nombreuses bonnes raisons de vous y rendre:

- parce que vous aimez l’Art nouveau
- parce que vous êtes curieux
- parce que c’est gratuit
- parce que samedi 12 et dimanche 13 avril, il y aura des surprises toute la journée!
- parce que – surtout- après ce sera trop tard!

Alors, notez dans votre agenda:
Samedi 12 et dimanche 13 avril:
– à 10h30: visites guidées des expos, 1.60 €
– à 10h30: Opération Trans Art nouveau Express pour les enfants à partir de 10 ans (un jeu de plateau rigolo, pour voyager à travers l’Europe…) – Gratuit, sur réservation au 03.83.40.14.86
– à 15h30: Opération Trans art nouveau Express, cette fois-ci pour les grands… qui aiment jouer! Gratuit, sur réservation au 03.83.40.14.86
– à partir de 14h15, et toutes les heures: visite guidée décalée et surprenante, avec la compagnie d’improvisation Crache-Texte – Gratuit, sans réservation

Les expositions sont ouvertes tous les jours jusqu’à dimanche 13 avril
De 10h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h00
Entrée LIBRE
Livret de jeu pour les enfants GRATUIT
Catalogue de l’exposition Florilège, 10 €

Pour visiter l’exposition Natures de l’Art nouveau, il vous faudra ensuite partir en Catalogne ou en Norvège! Alors, plus un instant à perdre… !

livret450

Philéas le petit botaniste fait visiter l’exposition aux petits…

Les Journées Européennes des Métiers d’Art

jeudi 27 mars 2014

Samedi 5 et dimanche 6 avril prochains….

JEMA 2014

JEMA 2014

Comme l’an passé, les musées de Nancy participent aux Journées Européennes des Métiers d’Art en ouvrant leurs portes aux professionnels de ces métiers rares et passionnants. Il faudra donc venir au Palais du Gouvernement pour suivre les deux ateliers proposés pendant le week end:

samedi de 10h à 12h30, puis de 14h à 18h, et dimanche de 14h à 18h: Stéphane Alfonsi de l’atelier « Le Scriptôgramme » propose une performance de calligraphie, avec l’artiste Bastien Grélot, et des ateliers d’initiation à la calligraphie, ouverts à tous.

Performance de l'atelier le Scriptôgramme

Performance de l’atelier le Scriptôgramme

 

Dimanche 6, de 10h30 à 11h45, Armelle Poyac, de l’atelier La Page, propose aux enfants de 7 à 11 ans de découvrir son métier: la restauration des papiers.
Voir ici!

Animations gratuites, sans réservation – dans la limite des places disponibles.
Palais du Gouvernement, place de la Carrière, Nancy

Derniers jours des expositions

Natures de l’Art nouveau et Florilège !!!
Entrée gratuite, jusqu’au 13 avril

 

Les artistes de l’Ecole de Nancy et la Première Guerre Mondiale

lundi 17 mars 2014

A l’occasion des célébrations du centenaire de la Première Guerre Mondiale, le musée de l’École de Nancy a sorti de ses réserves un ensemble captivant d’œuvres réalisées pendant et après la guerre par les artistes qui firent les beaux jours de l’association.

Affiche bd

L’association est dissoute alors que les premiers soldats sont mobilisés. Si la plupart des membres de l’École de Nancy sont trop âgés pour partir combattre, ce n’est pas le cas de leur main d’œuvre, immédiatement et massivement enrôlée. Les premières batailles se déroulent aux portes de Nancy… La guerre bouleverse toute la production artistique locale, nécessitant fermeture ou délocalisation des ateliers.

Pourtant, il faut survivre et même participer à l’effort de guerre. Les premiers croquis de  Louis Hestaux ou de Victor Prouvé témoignent avec consternation des destructions qui frappent les villages proches de Nancy. On croyait alors à un conflit express…

Louis Hestaux, village en ruines. MEN, cliché D. Boyer

Louis Hestaux, village en ruines. MEN, cliché D. Boyer

Prouvé met ensuite son art au service de l’éducation des populations civiles par le biais d’affiches, de diplômes, et même de bons points. Les établissements Gallé retrouvent l’élan de Gallé, disparu 10 ans plus tôt, en produisant des séries de verreries, pour certaines « parlantes », évoquant les destructions ou la ligne bleue des Vosges, symbole des combats pour les territoires perdus.

Ets Gallé, vase Cathédrale de Reims. MEN. Cliché D. Boyer

Ets Gallé, vase Cathédrale de Reims. Collection particulière. Cliché D. Boyer

Enfin, à la fin de la guerre, la commémoration des sacrifices et l’éloge rendu aux héros des tranchées nécessitent la production de médailles et autres monuments symboliques. La reprise lente de l’activité des ateliers d’art nancéiens est, comme pour l’ensemble du pays, un passage forcé vers une autre époque, l’entrée réelle dans le 20ème siècle. Et la fin définitive d’un rêve d’union.

V. Prouvé, affiche Noël pour la Grande Paix qui vient. MEN. Cliché D. Boyer

V. Prouvé, affiche Noël pour la Grande Paix qui vient. MEN. Cliché D. Boyer

 

Exposition proposée dans la petite galerie du verre et au premier étage.
Du 19 mars au 29 juin
Œuvres de Victor Prouvé, Louis Hestaux, Louis Majorelle et des Etablissements Gallé., issues des collections du musée de l’Ecole de Nancy et de collections privées.

Petit journal d’exposition adulte et enfant, en français. Gratuit
Visites guidées de l’exposition les 27 mars, 25 avril et 24 mai à 16.30Tarif: 1,60 € + billet, sans réservation

Trans Art nouveau Express…

vendredi 14 mars 2014

… certains se souviennent peut-être d’un jeu - et d’une chanson!- qui invitait à visiter l’Europe à bord du célèbre train Trans Europe Express… Et bien, en voici une version renouvelée, créée spécialement à l’occasion de l’exposition Natures de l’Art nouveau: le TRANS ART NOUVEAU EXPRESS !

Votre mission: rallier par le train (ou l’avion) les villes mentionnées sur votre carte itinéraire (de Glasgow à Riga, de Barcelone à La Havane, de Nancy à Aveiro…) pour en ramener de précieux souvenirs, gagnés grâce à votre sagacité, votre logique et votre bonne étoile… car le parcours est semé d’embûches et nombreux sont ceux qui se retrouvent bloqués par une grève de train ou détroussés par un concurrent plus chanceux!

Qui sera le premier arrivé?

Qui sera le premier arrivé?

Pour jouer, inscrivez-vous vite auprès du service des publics,
Deux séances au choix: Samedi 22 ou dimanche 23 mars, entre 10h et 12h
Au Palais du Gouvernement, place de la Carrière à Nancy
Gratuit – A partir de 10 ans…

Réservations: 03.83.17.86.77 et servicedespublics-musees@nancy.fr

Dans le cadre du Week end Télérama, rendez-vous aussi dimanche 23 mars au musée de l’École de Nancy, de 16.30 à 18.00 pour une visite en compagnie de Valérie THOMAS, conservateur du musée, sur le thème: « Le musée de l’École de Nancy, une collection à enrichir et à développer »

Gratuit pour les porteurs du Pass Télérama, sur réservation auprès du service des publics.

Week end Télérama 2014

Week end Télérama 2014

Amarrage réussi à la villa Majorelle…

mardi 4 mars 2014

Jusqu’à la fin du mois, la villa Majorelle accueille une présentation des travaux réalisés par les membres de l’association nancéenne, Les Amarres. Lieu dédié à l’accueil de personnes en situation difficile et isolées, les Amarres offre un cadre sécurisant pour tous ceux pour qui le contact avec l’extérieur ou avec les autres s’est distendu, en raison d’une situation familiale, de la perte d’un emploi ou de la précarité. Ouvert le soir et le week end, les Amarres proposent des activités variées, sous forme d’ateliers: écriture, peinture, informatique, poésie, dessin… mais aussi des sorties dans des lieux culturels ou en plein air. Depuis plusieurs années, les Amarres travaillent en collaboration avec des établissements culturels nancéens. Après le musée Lorrain et le musée des beaux arts, c’est le musée de l’École de Nancy qui a accueilli et collaboré un projet sur le thème de la nature et du voyage.

 

Voyage au pays de l'Art nouveau

Voyage au pays de l’Art nouveau

« Au départ, comme nous l’explique Alexandrine Vernoit-Cremel, animatrice et coordinatrice du projet au sein des Amarres, il n’y avait peut-être que 6 personnes intéressées. Puis progressivement, en parlant, le bouche-à-oreille, …,  le projet a grandi, il y a eu de nouvelles personnes intéressées. Par exemple, les personnes qui participent à l’atelier d’écriture, et qui n’étaient pas concernées…  »

Créations poétiques

Créations poétiques

Comment expliquer cet engouement? « Pour ceux qui fréquentent les Amarres, ce type de projet est l’occasion de prouver qu’ils sont capables de produire quelque chose. C’est important car cela les aide à reprendre confiance en eux. On sent qu’ils admirent le travail des artistes pour son audace, son idéal. »

Présentation à la villa Majorelle

Présentation à la villa Majorelle

Créations poétiques, dessins, peintures et montages sont autant d’expressions différentes de la perception de l’École de Nancy. Une perception portée par le rêve d’un ailleurs, dans l’espace et dans le temps. L’ensemble montre justement une certaine audace, où domine la poésie.

Le fait de conclure le projet par une exposition à la villa Majorelle a d’ailleurs semblé renforcer encore la motivation de tous, sensibles à la reconnaissance des autres. Ce lieu en particulier représente à la fois un lieu public, un lieu patrimonial, mais fut aussi un lieu de vie, un foyer. Un joli symbole pour ceux qui, aux Amarres, tentent de reconstruire le leur…

Pour suivre les Amarres, rendez-vous sur le blog:
les.amarres.over-blog.com

Les travaux du groupe des Amarres sont présentés à la villa Majorelle jusqu’à la fin mars. On peut les découvrir lors des visites guidées du week end.
Samedi et dimanche, 13h45, 15h, sur réservation auprès du service des publics
servicedespublics-musees@mairie-nancy.fr

Un japonais à Nancy…

jeudi 30 janvier 2014

La Bibliothèque Stanislas de Nancy propose de passer « Une heure avec » Takashima, samedi 8 février prochain, pour découvrir le fonds japonais. Mireille François présentera au public une sélection d’ouvrages parmi l’ensemble offert à René Wiener par Takashima.

On imagine volontiers la curiosité et l’intérêt suscités par le séjour de l’ingénieur – et peintre- Takashima  à Nancy entre 1885 et 1888. Mais une fois dépassée l’anecdote exotique,   sa présence à Nancy fut à l’origine d’échanges décisifs avec le milieu intellectuel et artistique nancéien.

Mireille François: « La bibliothèque ne conserve pas d’œuvres de la main de Takashima, mais des livres japonais achetés par lui en France ou qu’il a fait venir du Japon, soit en tout environ une centaine de volumes. Parmi ceux-ci, figurent de nombreuses encyclopédies et recueils de motifs décoratifs, par exemple de motifs de kimonos, de paysages, et de descriptions botaniques et des espèces animales.  Dans l’ensemble, on constate que ce sont des ouvrages d’apprentissage, destinés à former à la pratique du dessin, en suivant des modèles ou en recopiant les grands maîtres japonais, Hiroshige ou Hokusai. »

Bibliothèque Stanislas

Nouveaux dessins artistiques. Dessins pour les jours de printemps. Bibliothèque Stanislas

La richesse de cette documentation a du jouer un rôle essentiel dans la connaissance et la diffusion de l’art Japonais auprès de ces jeunes artistes et artisans qui recherchaient alors de nouvelles voies d’inspiration. Takashima se lia d’amitié avec plusieurs d’entre eux, qui formèrent un peu plus tard l’École de Nancy. Cet homme érudit et esthète, pratiquait lui-même le dessin et la peinture. Edgard Auguin relate dans la Lorraine Artiste en 1888 comment Takashima fit la démonstration du travail de l’aquarelle à main levée, sans esquisse, d’un trait libre, énergique et rapide. Le fruit de cette révélation est surtout visible dans l’œuvre de Camille Martin, qui sut particulièrement bien tirer les leçons de cette découverte.

Bibliothèque Stanislas

Grande Encyclopédie. Les cent paysages du Fuji. Bibliothèque Stanislas

A côté des ouvrages japonais, Mireille François fera découvrir  également les reliures japonisantes de René Wiener. Le relieur-galériste joua alors un rôle prépondérant dans le renouveau de la reliure d’art. Sous son impulsion, les jeunes Camille Martin et Victor Prouvé réalisèrent des œuvres qui annonçaient l’émergence du mouvement d’art décoratif nancéien. Au Japon ne sont pas seulement empruntés des motifs pittoresques, mais aussi une leçon de composition en espaces superposés, au cadrage serré, ainsi qu’ une forme de simplicité poétique donnant toute sa place à la nature. Les deux reliures sur l’Art japonais de Louis Gonse réalisées par ces derniers sont justement présentées en ce moment au Palais du Gouvernement, dans l’exposition Florilège. Une occasion  toute trouvée d’aller vérifier par soi-même…

Takashima, Roses trémières, Nancy, MEN, cliché Eric Dupont

L’une des œuvres de Takashima conservées au musée de l’École de Nancy , un dessin de roses trémières. cliché Eric Dupont

Pour en savoir plus, rendez-vous ici

« Une heure avec… Takashima », samedi 8 février à 10h30, Bibliothèque Stanislas.
Florilège – Natures de l’Art nouveau, jusqu’au 13 avril, Palais du Gouvernement, Nancy