Archive pour la catégorie ‘La vie du musée’

Après la chasse aux œufs, la chasse au lion!

vendredi 1 avril 2016

Découverte exceptionnelle!
Hier, au cours de travaux de jardinage, des ossements ont été découverts dans le jardin du musée. La gendarmerie, dépêchée sur place, a pu constater rapidement, que ces ossements appartenaient -heureusement- à l’espèce animale. Un expert du Muséum-Aquarium a été contacté et a affirmé avec une quasi certitude qu’il s’agissait d’ossements de jeune lion. Voici donc étayée la petite histoire selon laquelle Eugène Corbin, le propriétaire de la maison, avait ramené de son voyage en Afrique une paire de lionceaux, laissés en liberté dans le parc. Eugène Corbin voyagea entre 1902 et 1903 en Egypte et en Abyssinie.

SOUvenir du voyage d'Eugène Corbin en Egypte et en Abyssinie, vers 1902-1903. © MEN, fonds Corbin

SOUvenir du voyage d’Eugène Corbin en Egypte et en Abyssinie, vers 1902-1903. © MEN, fonds Corbin

De ce voyage, il revint accompagné aussi d’un serviteur éthiopien, Tacha, qui resta à son service quelques années, avant de rentrer dans son pays. D’après son petit-fils, Philippe Bouton-Corbin, l’un des lionceaux mourut peu après son arrivée, et le second fut donné à un zoo en 1906.
De nos jours, ce sont plutôt les visiteurs qui se promènent en liberté dans le jardin… OUF!

Eugène Corbin, vêtu à l'arabe, vers 1903. © MEN, Fonds Corbin

Eugène Corbin, vêtu à l’arabe, vers 1903. © MEN, Fonds Corbin

Votez pour la mascotte!!

jeudi 23 avril 2015
le 16 mai prochain

le 16 mai prochain

Le 16 mai prochain aura lieu la nouvelle

NUIT EUROPÉENNE DES MUSÉES!

Bien sûr, le musée de l’École de Nancy ET la Villa Majorelle y participent activement… En attendant, l’organisation de la Nuit européenne des Musées a lancé un concours pour l’élection de la mascotte de la Nuit des Musées. Voici la mascotte du musée de l’École de Nancy, élue à l’unanimité par nos amis sur la page Facebook du musée:

Jacques Gruber, vitrail de La Salle, détail du paon. Musée de l’École de Nancy, cliché C. Philippot

Jacques Gruber, vitrail de La Salle, détail du paon. Musée de l’École de Nancy, cliché C. Philippot

Pour que la mascotte du musée devienne la mascotte de toute la Nuit des Musées, nous avons besoin de vous!

A partir du mercredi 29 avril, allez encore et encore voter pour le paon de Gruber sur la page Facebook de la Nuit des Musées ici!!!

Allez voter!!!

Allez voter!!!

Nous vous attendons avec impatience pour fêter la Nuit….

Une bonne tambouille…

jeudi 31 octobre 2013

… de citrouilles!

Une collection de cucurbitacées...

Une collection de cucurbitacées…

Pendant les vacances de la Toussaint, quelques petits cuisiniers-artistes se sont donnés rendez-vous à la villa Majorelle,  pour un atelier de dégustation artistique sur le thème des cucurbitacées.

Détail des vitraux de la salle à manger à décor de coloquintes, conçus par Jacques Gruber.

Détail des vitraux de la salle à manger à décor de coloquintes, conçus par Jacques Gruber.

Certes, le thème est de saison, mais surtout, ces amateurs de végétaux pouvaient disposer sous leurs yeux d’un exemple d’adaptation d’un motif naturel au décor intérieur, celui de Jacques Gruber, qui choisit les coloquintes pour thème des vitraux de la salle à manger de Louis Majorelle. Les enfants ont découvert la grande variété des espèces de la  famille des courges, dont des exemples aux formes les plus sophistiquées les unes que les autres, étaient rassemblés.

Citrouilles, calebasses, courges, pâtissons...

Citrouilles, calebasses, courges, pâtissons…

Ici, la cuisine ne consistait pas à accommoder les légumes pour la soupe, mais bien à en extraire des motifs pour une production purement décorative… 

Quelques directives avant de se lancer...

Quelques directives avant de se lancer…

Pour les grands qui seraient un peu jaloux des petits, une animation botanique, “Coloquintes and Co”  est proposée le jeudi 21 novembre à 15h, au musée de l’Ecole de Nancy. (Sur réservation:  servicedespublics-musees@mairie-nancy.fr – 03.83.17.86.77)

Et c'est parti!

Et c’est parti!

Dessin, découpage, collage…

et beaucoup d'application!

et beaucoup d’application!

 

Un air d’été…

vendredi 2 août 2013

Et oui, pour Off, ce sont aussi les vacances!

Rendez-vous – tous frais et dispos – dès le 28 août pour connaître toutes les surprises qui vous attendent au musée cet automne…

D’ici-là, si vous rencontrez de l’Art nouveau, envoyez-nous vos plus belles photos!

BONNE VACANCES !

 

Madame Majorelle en bord de mer, Album Majorelle, MEN

Madame Majorelle en bord de mer, Album Majorelle, MEN

Vive les vacances!!

vendredi 5 juillet 2013

Aujourd’hui, 5 juillet, premier jour des vacances… (et jour des résultats du bac ;-)) ) et la grande question… Qu’est-ce qu’on va faire cet été? 2 longs mois devant nous à occuper, et sans doute quelques jours de pluie aussi…

Alors, si vous ne partez ni à la mer, ni à la montagne, si le soleil ne vous permet pas de lézarder à la Pep’, prenez le temps de découvrir en famille les trésors de notre belle ville et poussez donc jusqu’au musée de l’Ecole de Nancy!
(En cas de forte chaleur, vous pourrez même faire une halte rafraîchissante à la piscine Thermal, juste à côté!)

Pour les enfants, le musée propose justement de quoi s’occuper en s’informant grâce au livret de jeu “Mystère au musée“… Une série d’énigmes à résoudre pour visiter et regarder sans s’ennuyer…

Pour les plus grands, pressés, les petits rendez-vous du mercredi à 13h, permettent d’étancher une soif de connaissance, tout en profitant ensuite d’un jardin ombragé où déguster son petit sandwich…

Pour tous, les promenades étant fort salutaires (10000 pas par jour au moins pour être en forme!), le musée vous invite à vous promener dans l’Ecole de Nancy, les dimanches matin à 10h

Et pour finir les vacances en beauté, les enfants de 7 à 11 ans pourront rencontrer un ébéniste professionnel, Michel Donnot, pour réaliser un plateau en marqueterie

Voilà un programme bien rempli!
Plus d’hésitations!
Appelez sans tarder le service des publics pour les visites sur réservation au 03.83.17.86.77…

:: “Mystère au musée”, livret de jeu disponible à la caisse du musée, 10 €
:: “Une oeuvre en hors d’oeuvre”, en alternance avec le musée Lorrain, prochains rendez-vous les 24 juillet, 7, 14 et 21 août. Sans réservation, tarif unique 3 €
:: “Promenons-nous dans l’Ecole de Nancy“, prochains rendez-vous les 28 juillet (cimetière de Préville, sur réservation), 11 et 25 août, et 8 septembre (sans réservation), tarif: billet d’entrée + 1,60 €
:: Atelier marqueterie, 3 séances les 28,29 et 30 août, sur réservation, places limitées, 4,10 € / séance

C’est en ce moment au musée…

vendredi 21 juin 2013

Quelques images de la fête de la musique 2013 au MEN…

Pascale Mauny, Léopoldine Lézéan et maria-Klara Wojedowa

Pascale Mauny, Léopoldine Lézéan et maria-Klara Wojedowa

Léo Doumène

Ingrid Riollot

Ingrid Riollot

Et pour visionner des extraits, rendez-vous sur Facebook!

Bienvenue chez les Corbin!

mardi 21 mai 2013

Non, non, ceci n’est pas le remake local d’un film comique à succès, mais bien une invitation à visiter le musée en compagnie des Corbin, qui vécurent dans l’actuel musée de l’Ecole de Nancy, et à qui l’on doit une grande part des collections. Depuis quelques jours, il est possible de sélectionner un parcours audioguidé entraînant le visiteur à se projeter dans le passé, au son de la voix d’Eugène Corbin…

Monsieur Corbin raconte sa vie dans la maison, parle de ses relations avec les artistes de l’Ecole de Nancy, ou explique comment telle ou telle oeuvre est arrivée dans sa collection…

Une expérience conviviale et amusante pour voir le musée sous un autre angle!

Demandez l’audioguide à l’entrée: 1 €
Au choix: la visite générale traditionnelle des collections permanentes ou le parcours “Corbin”, repérable aux pictogrammes verts…

Bienvenue chez les Corbin

Bienvenue chez les Corbin

Ô Nuit…

mardi 7 mai 2013

… des Musées 2013

 La nouvelle édition de la Nuit Européenne des Musées c’est samedi prochain, le 18 mai. L’occasion rêvée de prolonger un peu sa journée, par un détour au musée de l’Ecole de Nancy et à la villa Majorelle !

Cette année, le musée propose de partir à la recherche des intrus qui se sont glissés dans les collections permanentes à l’aide d’un livret jeu… Ouvrez bien vos yeux!

Pour les plus curieux encore, les guides du musée, répartis dans l’ensemble du musée, proposerons des commentaires rapides des grandes oeuvres du musée…

Rendez-vous pour une belle nuit, de 20h à minuit!
Entrée libre.

Nuit des Musées 2013

Nuit des Musées 2013

et pour connaître tout le programme dans votre région ou ailleurs c’est ici

Primavera Gioventù… dell’anno

jeudi 25 avril 2013

Habitués du musée, vous avez sans doute rencontré, lors d’une visite, la brigade des jardiniers bichonnant le jardin du musée… Quelque soit le temps et la saison, l’équipe d’Yves Barthelémy, du service des Parcs et Jardins de la Ville de Nancy, sous la conduite de Valérie Walck, responsable Entretien et fleurissement, est aux petits soins pour cet espace vert un peu à part…
Off est allé à leur rencontre, par un après midi ensoleillé d’avril, un soleil bienvenu après des mois de grisaille!

Off: Cet hiver interminable, c’est un souci pour vous dans l’entretien du jardin?
Yves Barthelémy: Non, pas vraiment, on est plutôt en retard sur le rythme habituel, mais l’hiver n’a pas été particulièrement rude pour les plantes.
Valérie Walck: Contrairement à l’hiver 2012, où les très fortes gelées sont intervenues alors que les plantes étaient déjà montées en sève, cet hiver, malgré la neige, a été bien moins destructeur… Maintenant que les grosses gelées sont finies, on peut commencer la taille de printemps…
YB : Pour les hortensias, par exemple, c’est mieux de laisser la fleur déssèchée qui protège les nouveaux bourgeons.
Off : mais c’est radical comme taille ! il ne reste presque plus rien !
YB :
 les hortensias aiment ça, on enlève les vieilles branches. On laisse les tiges les plus vigoureuses…

Ratissage des feuilles mortes et taille des hortensias

Ratissage des feuilles mortes et taille des hortensias

O : Justement, quand le jardin est sous la neige, que faites-vous ? Vous vous occupez des serres ?
YB :
 non ! Les serres municipales ne sont pas de notre ressort! Et bien quand il y a de la neige, nous venons par exemple déneiger les abords du musée !

 

Un jardin sous la neige...

Un jardin sous la neige…

 

O: Ce jardin n’est pas comme n’importe quel autre espace vert. Avez-vous une approche particulière? Différente?
VW: Le jardin du musée, comme celui de la villa Majorelle,  fait partie de ce que nous appelons la « zone 1 », cela correspond au niveau d’exigence le plus haut pour son entretien. On est ici dans un espace vert traité en priorité et à un niveau horticole. Mais, comme pour l’ensemble des espaces verts de la ville, il est entretenu dans une démarche durable, sans emploi de produits chimiques, privilégiant la valorisation des déchets. Nous compostons, nous réutilisons par exemple les sapins de Noël récupérés pour fabriquer du paillis pour les plantes de terre acide…
YB : Par exemple pour la pelouse, on a décidé depuis quelques années de ne plus employer d’antimousse ou de désherbant chimique. On tond un peu moins souvent, on scarifie, on désherbe à la main et surtout on n’arrose plus, car on considère qu’une pelouse un peu jaunie par la sécheresse estivale est moins gênante que le gaspillage de l’eau nécessaire à un arrosage vraiment efficace. Alors, les pâquerettes qui poussent, finalement, c’est joli et quand il y a vraiment trop de mousses, et bien, comme cette année, on programme la réfection entière.
VW : et là encore, cela se passe dans cette même démarche de recyclage, puisqu’il est prévu de réutiliser la pelouse en rouleau  du jardin du Livre Sur la Place.
YB : Par exemple pour les massifs, nous privilégions aussi maintenant les vivaces au détriment des annuelles.

Le plan paysager du jardin, redessiné en 1998 par Ph. Raguin

Le plan paysager du jardin, redessiné en 1998 par Ph. Raguin

O : Justement, intéressons-nous à ce qu’il y a dans ce jardin… Entièrement redessiné et repensé en 1998 par le paysagiste Philippe Raguin, il est à la fois jardin historique, conservatoire des créations horticoles lorraines, jardin à l’ancienne et jardin public. Est-ce un jardin difficile à entretenir ?…
YB :
Non, c’est justement un espace très préservé, avec la surveillance, les caméras, on n’a jamais de dégradations. Par contre, contrairement à des massifs de carrefours ou des jardinières de rue, ici notre intervention doit être invisible. C’est-à-dire qu’on va essayer de garder les formes naturelles, de ne pas trop tailler… Ce chèvrefeuille arbustif par exemple, on ne va pas nécessairement le tailler en une fois, mais on va supprimer une branche une année, puis l’année suivante, une autre, pour lui garder une forme satisfaisante, sans le stresser et sans modifier sa forme générale. Malgré tout, comme c’est un espace ouvert au public, nous devons toujours nous assurer qu’il n’y a pas de danger : par exemple les branches des rosiers grimpants qui dépassent, les baies toxiques accessibles ou alors, comme dans le cas des grandes Berces, très urticantes, on va prévenir les visiteurs du danger avec une pancarte bien visible ! Pour la première tonte, on doit aussi faire bien attention aux tritons et grenouilles qui habitent la mare..

On supprime juste les tiges gènantes des rosiers grimpants

On supprime juste les tiges gênantes des rosiers grimpants

VW : c’est un jardin de collection, avec beaucoup d’espèces et de variétés différentes, en particulier, les fleurs obtenues par les grands horticulteurs du début du XXème siècle,  Félix Crousse et Victor Lemoine. C’est un des derniers endroits à Nancy, avec le jardin Godron ou le jardin Botanique – et même parfois en Europe !- où on peut les trouver. On a plusieurs variétés de pivoines, notamment, arbustives et herbacées : la pivoine x lemonei ‘Flambeau’, la pivoine x lemonei ‘Chromatella’, la pivoine x lemonei ‘Satin Rouge’ et la pivoine x lemonei ‘ Mine d’or’.
YB : des fleurs capricieuses… mais aussi des anémones, des géraniums vivaces, des narcisses, des hellébores, des hortensias aussi, les clématites, les azalées, les rosiers anciens …

Les fameuse -et dangereuses - grandes berces du Caucase

Les fameuses -et dangereuses – grandes berces du Caucase

O : C’est compliqué de trouver ces espèces en particulier ?
VW :
 oui et non. Par exemple pour les pivoines, il n’y a pas d’horticulteur qui les élève dans la région. L’idéal quand on recherche des variétés particulières, c’est d’aller sur un grand salon horticole, comme le Festival de Courson. Là on peut rencontrer des professionnels très spécialisés.

O : Y a –t il des héritiers des grands horticulteurs nancéiens en Lorraine ?
VW :
 non, malheureusement, il n’y a plus d’obtenteurs comme Crousse ou Lemoine. Et certaines de leurs obtentions ne se trouvent plus qu’aux Etats Unis !

O : A côté de cette partie conservatoire, vous avez aussi des zones « saisonnières » :
VW : outre les bisannuelles, comme en ce moment les pensées, les monnaies du pape, qu’on vient de planter dans les jardinières autour du musée, on a un massif que l’on programme chaque année, et éventuellement avec une thématique en rapport avec un évènement. Nous faisons cela avec le jardin éphémère de la place Stanislas, et cette année, avec Renaissance Nancy 2013, on aura, en collaboration avec le Grand Nancy, 4 jardins thématiques.

O : Revenons à l’entretien du jardin. Est-ce que la terre d’ici est riche ? Que faites-vous pour l’enrichir ?
YB :
 comme le jardin a été refait en 1998, la terre est encore bonne, c’est une terre argilo-calcaire. On apporte un amendement organique en fin d’hiver, on rajoute de la terre de bruyère et un paillis pour les plantes qui en ont besoin, etc…

O : et pour les maladies ?
YB : on n’a pas de maladies !!
O : voilà qui doit faire rager tous ceux qui luttent sans succès contre les attaques d’oïdium etc…!
VW : On a réussi à éradiquer les maladies, justement grâce à notre démarche durable. Alors les résultats sont peut-être plus lents et moins flagrants, mais au moins ils sont beaucoup plus efficaces sur la durée. Nous utilisons un protocole en trois temps : pour commencer on va stimuler les racines, puis on va traiter les feuilles, et enfin stimuler les défenses naturelles, tout ceci avec un traitement à base de macération de plantes. Si vous ne faites pas la préparation vous-même, on en trouve maintenant dans le commerce .  Le résultat est progressif, mais, vous voyez, ça marche !

O : Et dans le cas de maladies récurrentes, comme la mineuse des marronniers ?
YB :
 Les marronniers sont attaqués par un insecte qui les stresse. C’est pour cela que les feuilles flétrissent dès le mois d’août. On a obtenu de bons résultats en utilisant un piège à phéromone. Malheureusement, il y a des marronniers non traités dans les jardins avoisinants , alors, les insectes sont revenus !

O : Il faut être patient au jardin !
YB : ah oui ! Quand vous installez une plante, ce n’est pas tellement l’effet immédiat qu’il faut prendre en compte, mais ce qu’on attend dans 2/3 ans…  mais il faut aussi être endurant ! On est dehors toute l’année !

 O : Justement, combien de temps vous prend l’entretien du jardin du musée ?
YB :
 Pour vous donner une idée, sur une équipe de 12 personnes plus 2 apprentis,  sur les 6 derniers mois, on est intervenu 20 fois 25 heures…
O : Donc 1000 heures par an ! En plus, en ce moment, c’est le grand nettoyage de fin d’hiver !
YB : nettoyage, taille, amendement… oui il y a beaucoup à faire, mais ça c’est toute l’année !

 O : Les visiteurs du jardin sont-ils sensibilisés ?
YB
 : oui, on a beaucoup de questions, de remarques… on sent les gens très intéressés !

 O : À vous entendre on vous sent vraiment passionné ! Vous jardinez aussi pour vous-même, ou bien, une fois la semaine terminée, c’est fini ?

YB : non, je jardine, on jardine tous, je crois. On a quand même du plaisir ! Et on aime bien donner des conseils !

 O : Oui, on en a tous besoin ! Je ferais bien un stage chez vous ! Vous avez beaucoup de demandes ?

VW : oui, c’est une profession qui a évolué. Autrefois, on considérait que ce métier était plutôt fait pour des jeunes sans formation, mais aujourd’hui ça n’a rien à voir. D’ailleurs officiellement, nous nous appelons « jardiniers – paysagistes »… Il y a beaucoup de choses à apprendre, et le métier, pour ceux qui le pratiquent depuis longtemps n’a plus rien à voir. Il faut s’adapter à une attitude et des pratiques plus responsables et plus soucieuses des conséquences.
O : c’est compliqué pour les « anciens » ?
YB :
non, finalement, on réalise très vite que nos pratiques sont bien plus efficaces et même bien plus économiques.

 

On retourne la terre pour l'aérer, avant le début d'une nouvelle saison de fleurissement

On retourne la terre pour l’aérer, avant le début d’une nouvelle saison de fleurissement

O : Vous sentez-vous plutôt « paysagistes » ou plutôt « jardiniers » ?

YB & VW : Jardiniers ! et on en est fiers !

Pour compléter la visite du musée, n’oubliez pas de faire un tour au jardin. Chaque saison en offre une vision différente et permet de retrouver les espèces choisies par les artistes pour décorer leurs oeuvres.

Pour faire connaissance avec l’équipe des Parcs et Jardins, ne ratez pas le rendez-vous qu’ils vous donnent au Parc Sainte-Marie, les 4 et 5 mai de 10h à 19h pour l’opération Nature en fête ! Sur leur stand, nos jardiniers vous prodigueront leurs conseils, mais surtout ils vous aideront à préparer vos jardinières de saison en mettant à votre disposition gratuitement le terreau de rempotage. Cette fête est aussi l’occasion de rencontrer des horticulteurs et des pépiniéristes et, qui sait, de dénicher une rare pivoine Lemoine !

 

Nature en fête au Parc Sainte Marie

Nature en fête au Parc Sainte Marie

 (CP Nature en Fête)

Un grand merci à Valérie Walck et Yves Barthelémy pour leur disponibilité et à Cyrille, Sylvain et Dominique pour avoir posé pour Off !

et pour en savoir plus, retrouvez les Parcs et jardins sur facebook et renseignez-vous sur le jardinage bio et naturel par exemple ici 

 

Le retour des Gueux…

mardi 9 avril 2013

Non il ne s’agit pas d’un film historique ou d’un effet secondaire de la crise financière, mais de la vie des collections…

Dans un mois, le musée de l’Ecole de Nancy accompagnera à sa façon le grand évènement Renaissance Nancy 2013 en présentant une exposition-dossier sur l’influence de l’art de la Renaissance dans l’Ecole de Nancy. A cette occasion, le buffet “Les Gueux” d’Emile Gallé a été sorti des réserves pour être présenté dans les salles d’exposition. Ce matin, c’était montage au musée, en présence de Michel Donnot, ébéniste et fidèle assistant du musée quand il s’agit de manipuler ce genre de pièce…

“Pas de difficultés particulières pour ce buffet, en deux parties. Rien à voir par exemple avec le buffet “De chêne Lorrain”, beaucoup plus compliqué. Un vrai travail d’ébénisterie, avec plusieurs parties assemblées, des chevilles,etc… Ici on a quelque chose de plus simple, qui tient plutôt de la menuiserie.”  Cela n’empêche pas notre spécialiste du bois d’admirer le fin travail de marqueterie et de pyrogravure.

La partie basse du buffet

Etape n°1: stabiliser la partie basse du buffet

Etape n°2

Etape n°2 : la deuxième partie du buffet est posée.

Sur le fronton qui couronne le buffet, un gobbi, inspiré par Callot.

Sur le fronton qui couronne le buffet, un gobbi, inspiré par Callot.

Et parmi les décors les initiales G R, souvenir du mariage d'Henriette Reinemer et Emile Gallé en 1875

Et parmi les décors les initiales G R, souvenir des familles Reinemer Gallé ?

Les doubles portes hautes à fiches

Les doubles portes hautes à fiches

et la très belle serrure ancienne (17ème siècle) des portes de la partie basse...

et la très belle serrure ancienn (17ème siècle) des portes de la partie basse…

La boîte à malice de l'ébéniste...

La boîte à malice de l’ébéniste…

Un dernier petit époussetage avant l'ouverture... et voilà!

Un dernier petit époussetage avant l’ouverture… et voilà!

La forme du buffet à deux corps, typique de la région Lorraine, montre ici d’évidentes références au style Renaissance, comme plusieurs des premières créations de mobilier d’Emile Gallé.  Le style “Henri II” est alors communément repris, en particulier, pour le mobilier des salles à manger… Les Gobbis et Gueux qui ornent le buffet sont un hommage évident de Gallé à Callot, maître de la gravure Lorraine. Si la date de 1875 rapelle sans doute  l’année du mariage d’Emile Gallé avec Henriette Grimm,  l’ inscription “4 mai 1675″ reste une référence non élucidée. De même, les intiales GR correspondraient plutôt à la famille Gallé Reinemer (nom de jeune fille de la mère de Gallé) plutôt qu’ à celle de son épouse. Ce buffet, resté dans la famille Gallé jusqu’en 1977, était installé dans la propriété de l’avenue de la Garenne, donc destiné à un usage familial. Il est donc probable que les décors aient fait  référence à des évènements importants et familiaux…

Michel Donnot, qui aime transmettre son admiration pour le travail du bois proposera d’ailleurs aux enfants entre 7 et 12 ans un atelier de marqueterie sur 3 journées les 28,29 et 30 août… un atelier que les adultes vont leur envier!

Rendez-vous cet été, et dès le 3 mai pour “La renaissance, un modèle pour l’école de Nancy?”…